Regardez ce que France 2 fait avec la côte de popularité de Mélenchon…

Temps de lecture : 3 à 4 minutes.

France 2 n’en finit plus de ne pas nous surprendre sur le traitement de l’actualité de la France Insoumise. Hier soir, un sujet incontournable était la convention FI qui se tenait à Clermont-Ferrand. 1600 personnes qui viennent sur le week-end entier travailler à l’élaboration collégiale d’un mouvement, on est loin sur la forme et le fond des 500 personnes réunies à Lyon la semaine dernière par LREM pour participer à une élection à candidat unique…

Et compte tenu du traitement dont a bénéficié l’événement LREM, il aurait été voyant que rien ne se fasse pour la FI…

D’ici à faire rigoureux, c’est autre chose…

Coup de ciseau.

L’angle choisi est celui de la déprime. On appréciera le placement du sujet sur le terrain de l’émotion plutôt que sur celui de la raison et des chiffres.  C’est déjà moyennement honnête mais chacun est libre de choisir son angle. ça fait partie de la liberté d’expression. A ceci près qu’il serait alors judicieux de ne pas se réclamer de l’objectivité dans le même temps. Objectivité et émotions sont un peu contradictoires… Bon ça commence mal…

Pour accréditer la thèse de la déprime, rien de mieux qu’une phrase directement sortie de la bouche de Jean-Luc Mélenchon lui-même : « Nous venons de subir un revers. Il parait que si je le dis, je démoralise. Non, je le dis parce qu’on est démoralisé » [Salve d’applaudissement]

Sauf que la vidéo fournie par la FI montre qu’il manque la fin de cette phrase « Non, je le dis parce qu’on est démoralisé dans certains secteurs de la société. » Pas du tout le même sens, n’est-ce pas… Et pas de chance, quasiment en même temps TF1 passait la phrase, en entier. Les arguments de « montage plus serré » auront du mal à passer, TF1 étant généralement le champion en la matière.

Ce point beaucoup de gens l’ont vu.

La raison d’être de cet article est ailleurs…

Elle est dans le graphique utilisé pour « expliquer » la supposée déprime de la FI. Faire ça le soir même de mon cours sur les mathématiques de l’oppression, c’est donner le bâton pour se faire battre. (Bon, OK, France 2 ne se tient peut-être pas au courant de mon agenda 🙂 ). Le graphe en question est reproduit ci dessous.

Je passe rapidement sur la méthode de l’obtention de ces chiffres mais s’ils sont issus de sondages par la méthode des quotas [ Update de 22h31 : Non, il faut creuser, les panels ont changé considérablement semble-t-il entre septembre et novembre...Réduisant a priori le nombre de personne susceptibles d’être favorables à JLM.], ce qui est probable, il est utile de se rappeler que cette méthode a une marge d’erreur de plus ou moins 2,5 points environs… 36-2,5 = 33, 5. Et 28+2,5 = 30,5.  Possiblement de 33,5 à 30,5, la baisse entre les mesures existe mais est déjà moins nette que les 8 points avancés… Mais soyons bon joueur, quasiment aucun media autres que les scientifiques purs ne font figurer les barres de variations sur leurs graphique. Et ici, je ne les connais pas non plus précisément. L’incertitude de la mesure existe mais mon 2,5 est un chiffre générique.  Passons au gros morceau.

« Le désaxé pourrait encore nuire. »

L’axe vertical de ce graphique est faux. La graduation semble juste. Les variations de hauteur entre les différentes unités semblent proportionnelles à ces unités (Même espace entre 30 et 31 qu’entre 31 et 32 par exemple.).

Mais l’axe ne commence pas à zéro. Et comme souvent, ce n’est signifié nul part. L’impression générale qui résulte de ce graphique est donc que la côte de popularité de Jean-Luc Mélenchon est proche du plancher… Ce qui est loin d’être le cas à 28%.

Ce graphique désaxé est donc un élément de fiction tout simplement créé pour servir le propos du journaliste. Cela retire encore un peu plus ce sujet du JT du domaine de l’objectivité. Pire, il tâche de reprendre à son compte l’image de respectabilité et de rigueur qu’ont les graphiques orthonormés, tout en étant clairement éloigné…

Comme le montre le redressement réalisé par mes soins, il était tout à fait possible de faire rentrer un graphique rigoureux dans l’espace prévu… Mais l’histoire racontée n’est plus du tout la même…

[Update du 30/11/17] L’aimable twittos Philippe V (@NewbieVenerable) va plus loin dans la correction de la courbe, proposant d’inscrire en intégralité l’ordonnée. A y regarder de plus près, effectivement, ma présentation donnait une impression de popularité immense. Le graphique ci dessous semble tout à fait correct et plus à même de transcrire la réalité. On notera que l’histoire racontée par le graphe n’est vraiment plus du tout la même que celle du graphe diffusé par France 2. En fait, là, il n’y a presque plus d’histoire du tout…

La photo du Mélenchon- bashing ordinaire.

En latéral et en plongée pour montrer les traits tirés, les yeux plissés et la bouche entrouverte, sur un fond de nuage gris. Suggestion  à France 2 : Une photo de Jabba le Hut un lendemain de cuite à St-Malo aurait été encore plus efficace. Jabba n’a pas de lunette? Qu’à celà ne tienne, vous avez prouvé que l’infographie n’a pas de secret pour vous.

Trêve de balivernes. Trouver une photo neutre où JLM ne fait pas la gueule, sans pour autant être une photo de propagande pour lui, prend à peu près 5 minutes. Et quand on a des émissions entières de lui en boîte, on doit pouvoir faire mieux. Non ? (France 2 : c’est votre métier. Merci.)

Violation du métamodèle : Présupposition complexe

Et puis, il y a la petite phrase sous le graphique, reprise depuis sur d’autres chaines. ça semble l’élément de langage parfait. C’est condensé, percutant et avec l’apparence de la neutralité.

« A la recherche du second souffle ».

C’est surtout très commode car cela présuppose qu’il y a essoufflement. Pourquoi chercher le second souffle sinon? Cet angle, encore une fois, pose un problème en terme d’objectivité. Sans parler de la lecture de pensée que constitue l’allégation selon laquelle la FI se sentirait déprimée.

Mais on n’en est plus à ça près…

Laisser un commentaire